Partagez
MessageSujet: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyMar 23 Aoû - 13:53
Kingsley Delgwaan
Première rencontre ft. Ella
Allongé sur mon lit, les bras croisés derrière la tête, je pense à tout un tas de choses, mais surtout aux derniers jours. Les yeux fixés sur le plafond, j’essaye d’imaginer comment décorer ma chambre. J’entends vaguement ma mère qui prépare je ne sais quel repas alors qu’il n’est que 10h30. Je ne comprends pas pourquoi elle se met en quinze pour une petite aide-soignante qui ne me servira à rien. Je sors déjà plus que je ne le faisais alors ce n’est pas la peine qu’on me foute une nounou dans les pattes. Je souris lorsque j’entends des griffes qui raclent le parquet de ma chambre. Mayo grimpe sur mon lit, après que je lui ai dit qu’il pouvait le faire. Il pose sa tête sur mon torse et je lui caresse la tête d’un geste lent. Pourquoi mes parents m’ont-ils foutu une aide-soignante franchement ? Je me débrouille très bien tout seul ! Ce n’est pas comme si j’étais devenu aveugle du jour au lendemain ! Je soupire et ferme les yeux, après avoir réglé mon réveil pour qu’il sonne dans une demi-heure.

Lorsque le réveil sonne, je soupire et me redresse. J’attrape mes lunettes de soleil et les mets sur ma tête. Une fois que Mayo a son harnais, je sors de ma chambre. Les escaliers descendus, je me dirige vers la cuisine pour prévenir mes parents. Les crépitements de la poêle signifient que ma mère est encore au fourneau. J’entends les pieds de la chaise qui glissent sur le sol, signe que mon père vient de se lever. Son pas lourd et lent se dirige vers moi avant que sa main s’abatte sur mon épaule.

-Ne tarde pas trop à sortir Mayo, Kinny. Elle doit arriver dans une demi-heure.

Je soupire et hoche la tête.Je peux très bien m’occuper de moi-même ! Mais j’ai réussi à négocier avec mon père, mes deux heures de liberté totale. Je me retourne, prêt à sortir. Mais avant de franchir l’entrée, je me retourne vers mes parents.

-N’oubliez pas de lui dire que j’ai le droit à mes deux heures de liberté par jour, donc qu’elle n’a rien à faire pendant ce temps-là. Et mère, arrête de préparer à manger, elle ne mangera pas je te l’ai déjà dit !


Sans attendre une réponse, je sors, Mayo me guidant bien que je connaisse le chemin par cœur.

Lorsque je rentre, j’entends mon père qui soupire. J’enlève le harnais de Mayo et remonte dans ma chambre pour ranger mes affaires. J’accroche ma veste du côté droit de la penderie, comme je le fais tout le temps. Je redescends, gardant mes lunettes de soleil sur la tête. Je soupire et m’assois sur le canapé. Ma mère est stressée et je l’entends remettre tout en place dans la cuisine. Je lève les yeux au ciel. Mes parents me rejoignent ensuite dans le salon, et on attend tous les trois, dans un silence profond. Seule la respiration forte de Mayo qui est couché à mes pieds, montre qu’il y a un signe de vie dans cette maison. Alors qu’on entend frapper à la porte, je soupire. Mon père se lève et ma mère en fait de même. J’entends mon père et je retiens un rire.

-Bonjour Mademoiselle. Venez, suivez-moi dans le salon.

J’entends des pas légers et féminins sur le sol. J’ai juste envie de retrouver ma chambre. Plus personne ne bouge et je sais donc que l’inconnue est arrivée dans le salon. Mayo se frotte contre ma jambe et je passe ma main sur sa tête. Ma mère se présente et lui dit qu’elle est ravie de la revoir. Génial, ma mère fait amie-amie avec la fille. Alors qu’ils doivent tous s’attendre à ce que je m’avance pour me présenter, je me rassois sur le canapé et Mayo pose sa tête sur mon genou. Mon père se racle la gorge, pour me signifier qu’il faudrait que je parle. Je lève les yeux au ciel de manière volontaire, montrant clairement mon ennui.

-Je ne me présenterai pas à vous, mademoiselle, ni vous souhaiterez la bienvenue. Mes parents ont dû vous faire un briefing sur l’aveugle que je suis.

J’entends mon père confirmé d’une petite voix, aussi j’enchaîne.

-Je vous dirai simplement que vous n’êtes pas la bienvenue dans ma vie. Si ça ne tenait qu’à moi, vous ne seriez pas là.

Mes parents, ma mère surtout pousse un cri horrifié. J’entends mon père essayant de rattraper mon comportement. Je souris d’un air satisfait, content d’avoir foutu un froid. J’ai dit que j’acceptais qu’elle vienne, pas que je serais gentil avec.

code by lizzou
Kingsley Delgwaan
Messages : 128
Date d'inscription : 18/08/2016
Habitant
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyMer 24 Aoû - 1:38
Ella E. Swan
Première rencontre ft. Ella
Inspire... Expire... Inspire... Bloque...Fait le vide...lâche, la flèche partit à toute allure  de l'arc avant de se planter pile dans la cible. J'en pris une suivante, bandais l'arc et posais la flèche contre ma joue, je respirais tranquillement et tirais une nouvelle fois, la flèche se mit exactement à côté de l'autre. Le vent chatouillait mon visage, je pouvais profiter de la solitude qui m'entourait là où la forêt était paisible. J'allais bientôt devoir me découvrir et vivre au grand jour, j'avais accepter d'être une gardienne, on m'avait dit que la personne était aveugle et que c'était un homme. Étant le fils d'une des familles les plus riches, je pus apprendre pas mal de choses sur l'homme qui avait à peu près le même âge que moi. Le dossier qu'on m'avait donné sur la famille n'était pas entièrement agréable à lire,  je n'avais pas le droit de révéler qui j'étais réellement et la véritable mission qui me reliait avec leur fils. Je devais plutôt jouer  la nounou pour petit garçon et la bonne petite femme pour faire la cuisine et le ménage. Et dire que la situation de la femme à très bien évoluer nous sommes au même niveaux que les hommes maintenant, je devais répondre au caprice du garçon bourge et dire que je dois être aussi riche. Je venais de finir mon carquois, les flèches étaient chacune réunis dans le jaune, je partis récupérer mon matériel et remontais dans mon petit chalet caché.            

Inspire... Expire... Inspire... Bloque...Fait le vide...plonge, l'eau de la baignoire m'engloutit entièrement, tout va bien se passer, ne touche personne et tout se passera bien. Il ne te verra pas donc il ne pourra jamais t'aimer et toi tu n'auras pas le droit. Rappelle toi tu n'es qu'on démon dans un corps d'ange, tu n'es qu'une machine à tuer ne l'oublies pas. Je remontais prendre l'air après deux minutes sous l'eau, je me savonnais d'un gel grenade rose et sortis de mon bain. Je pris dans ma grande garde robe, je sortis d'une housse une grande robe bleu foncé et l'enfilais couvrant chaque parcelle de ma peau grâce à la dentelle ou les voiles. Je nattais une certaine partie de ma tête avant de boucler le reste. Une paire de gant noire, une de mes grandes cape, je rabattis la capuche sur ma tête et partis avec la voiture dans la plaine. J'avais rendez-vous à 11h30 ce qui me laisse une bonne heure pour aller voir la femme qui m'avait élevé et l'homme qui m'avait entraîné. J'appuyais sur la sonnette de la porte du duplex. Une femme m'ouvrit avant de plonger dans mes bras comme si on ne c'était jamais vu.

-Tu me fais mal maman, lâche moi je vais plus pouvoir respirer !!!

L'odeur du cuir du canapé me rappelait l'enfant que je n'avais pas eu, à s'asseoir dans le canapé devant la télévision dans les bras de papa et maman. Je me rappelais plus des heures à frapper dans des sacs de sables ou encore apprendre toute forme de combat qu'il pouvait exister. Je restais une demi-heure pour échapper aux questions de mon absence qui n'a jamais trouver de réponse pour eux. Je partis aussi rapidement que j'étais venu, je roulais en direction de l'adresse donnée et posais ma voiture sur une place un peu plus loin. Je marchais calmement refermant le grand tissus autour de moi malgré la chaleur qu'il faisait. Je tapais délicatement trois coups sur la porte et attendais qu'on m'ouvre. Je fus étonné de voir directement le père de famille, je repoussais le capuchon de mon visage dévoilant mes traits de porcelaine.

-Bonjour Mademoiselle. Venez, suivez-moi dans le salon.

J'inclinais ma tête et passais la porte avant de le suivre, je faisais un léger bruit pour paraître plus naturelle au lieu de jouer pâte de velours. Nous arrivions dans un grand salon où se trouvait un homme que la beauté ne l'avait pas épargné. Je détaillais le garçon qui était des plus étranges avant de voir le chien qui se frottait contre lui. Une dame se présenta à moi, je l'avais déjà rencontrée quand elle m'avait engagé, elle avait l'air plutôt gentille sur les bords mais je me demandais si tout ça était bien vrai ou des paroles apprient par cœur comme font tous les grands. Quand se fut le tour du brun, je le vis s'asseoir, puis le père fit un bruit de gène et de rappel à l'ordre, je me retenais de rigoler devant cette scène tout à fait ridicule. Ce qui m'acheva, était l'élèvement des yeux vers le ciel de Kingsley, un sourire grandissait le long de mes joues me mordant à l'intérieur pour ne pas céder au fou rire.

-Je ne me présenterai pas à vous, mademoiselle, ni vous souhaiterez la bienvenue. Mes parents ont dû vous faire un briefing sur l’aveugle que je suis. commença-t-il.

Je ne fis même pas attention à côté de moi qui était le père qui confirmait les dire. Je préférais me concentrer sur l'ovni qui se tenait devant moi, pensait-il qu'il me faisait peur ? L'air gros bras et supérieure à moi du nounours me donnait juste l'envie de lui mettre deux claques pour le faire atterrir. Mais étonnement je restais imperturbable me préparant à lui rendre chaque pique fait.

-Je vous dirai simplement que vous n’êtes pas la bienvenue dans ma vie. Si ça ne tenait qu’à moi, vous ne seriez pas là. finissait-il

Au moins il ne se laissait pas faire, on allait donc bien rigoler ensemble. La mère poussa un cri d'horreur comme si il avait annoncé une tragédie, pauvre madame, si juste ça la perturbait. Quand au père qui était bien plus grand que moi aurait voulu être une souris, essayant comme la première fois de corriger les bêtises. Il eut un doux silence que je chérissais tant, qui me permettait de rentrer dans ma bulle de confort. J'ouvris mon manteau, le faisant glisser sur mes épaules découvrant ma tenue aux parents. J'avançais sans bruit jusqu'au canapé en face et me posais dessus sans rompre le silence créer, je continuais ma série de mouvement sans bruit. Je me souvenais bien de la leçon qu'on nous avait enseigner en nous expliquant que les personnes même voyante avaient besoin d'entendre les bruit d'une autre personne pour se repérer. Je pris la parole le surprenant dans mon changement de place.

-Il est vrai que vos parents m'avaient prévenu de votre gentillesse débordante et de votre accueil chaleureux que vous savez faire. Si vous ne voulez pas de moi alors je préfère vous dire que je serais toujours là. Ainsi que pour les deux heures de liberté, je ne pense pas qu'ils suffiront pour moi, vu la personne que vous êtes, je comprends mieux pourquoi je suis là seule acceptant de travailler pour vos parents. Qui voudrait supporter une personne comme vous, vous ne me voulez pas mais vous n'avez pas le choix. Je vous remercie pour cette rencontre avec vous et votre ego, Monsieur Kingsley Delgwaan. Enfin si ça vous intéresse je me prénomme Ella Esmée Swan or Ella est suffisant, sauf si vous préférez la clochette, j'accourais pour vous servir Monseigneur. Répondis-je avec douceur mais sarcasme.

Je vis de la surprise dans les yeux des parents, je ne savais pas à quoi ils pensaient exactement mais se n'était pas la chose qui m'intéressais le plus. La seule chose que je voulais voir était la réaction de l'aveugle qui était devant moi.

code by lizzou
Ella E. Swan
Messages : 48
Date d'inscription : 18/08/2016
Age : 20
Soldat
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyMer 24 Aoû - 10:03
Kingsley Delgwaan
Première rencontre ft. Ella
Je suis satisfait de moi. J’avais prévenu mes parents que je ne voulais pas d’une aide-soignante pour m’aider. Mais bien évidemment, il ne m’avait pas écouté et je m’étais promis de faire de la vie de cette fille un enfer. De toute manière, il était presque sûr qu’elle ne tiendrait pas. Après tout, qui voudrait s’occuper d’un aveugle qui ne peut rien faire. Ce n’est pas comme si j’allais pouvoir la draguer. L’unique petite amie que j’avais eue, était décédée maintenant. On n’avait vécu trois magnifiques années, perdu notre virginité ensemble, mais voilà. Elle était comme moi, malade. Tout en est que je n’allais pas pouvoir la draguer, ne sachant pas à quoi elle peut bien ressembler. Et j’avais le doute qu’elle me laisse dessiner les traits de son visage.

Je souris d’un air ironique, montrant clairement à mes parents qu’ils n’ont pas gagné la partie, comme ils pouvaient le penser. Je manque de rire lorsque j’entends mon père se morfondre d’excuses envers la jeune-femme. Ils en font tout un plat, que ça en est comique. Comme si les excuses de mon père allaient changer quelque chose. Je ne la veux pas dans ma maison, au moins, elle le sait. Je sais que mes parents vont partir en voyage et que c’est pour cette raison qu’ils ont demandé une aide. Comme si je ne pouvais pas me débrouiller seul ! Au pire, ils n’ont qu’à essayer de retrouver mon frère, au moins, je ne serais pas seul. Mais je sais que si je lance le sujet, la situation va s’aggraver. Mes parents ne supportent pas les gardians et bien que je sois têtu, je ne veux pas causer plus de chagrin à ma mère.
Une fois que mon père arrête de parler, je n’entends plus un bruit dans le salon. Ce silence polaire est réconfortant. Je me demande bien à quoi peut penser la jeune-femme. Va-t-elle déjà abandonner ? Une part de moi l’espère. L’autre, espère sincèrement que ce n’est pas le cas, sinon, j’aurai gagné la partie bien trop facilement.

-Il est vrai que vos parents m'avaient prévenu de votre gentillesse débordante et de votre accueil chaleureux que vous savez faire. Si vous ne voulez pas de moi alors je préfère vous dire que je serais toujours là. Ainsi que pour les deux heures de liberté, je ne pense pas qu'ils suffiront pour moi, vu la personne que vous êtes, je comprends mieux pourquoi je suis la seule acceptant de travailler pour vos parents. Qui voudrait supporter une personne comme vous, vous ne me voulez pas mais vous n'avez pas le choix. Je vous remercie pour cette rencontre avec vous et votre ego, Monsieur Kingsley Delgwaan. Enfin si ça vous intéresse je me prénomme Ella Esmée Swan or Ella est suffisant, sauf si vous préférez la clochette, j'accourais pour vous servir Monseigneur.

Je sursaute et sers les poings de rage, en me rendant compte que la voix provient du canapé d’en face d’où je me trouve. Je la déteste c’est officiel ! Je sens la main de mon père se posait sur mon épaule. Il est le seul qui a compris que la colère me ravageait de l’intérieur. Un flot de lave brûlant ravageant tout dans mes veines. Je me lève doucement et me tourne vers ma mère.

-Je ne la veux pas ici. Elle est irrespectueuse. Elle se déplace exprès sans bruit, juste pour que je perde mes repères. Je ne veux pas d’une pétasse qui va uniquement me déstabiliser et qui ne veut pas comprendre que pour un aveugle, entendre les personnes autour de lui, est quelque chose de vitale.


Mon père acquiesce doucement en disant, que ce n’était pas très sympathique de sa part d’avoir agi de la sorte. Je me tourne vers la jeune-femme.

-Vous pouvez prendre congé, je ne vous veux pas ici. Et ne comptez plus sur moi pour me montrer aimable avec vous, pas après ce coup. Vous pouvez aller vous faire voir. Et pour aller plus loin, j’espère qu’un de vos proches deviendra aveugle, pour comprendre le calvaire que je vis depuis tant d’années et que cela vous montrera que ce que vous venez de faire, est irrespectueux.

code by lizzou
Kingsley Delgwaan
Messages : 128
Date d'inscription : 18/08/2016
Habitant
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyJeu 25 Aoû - 1:55
Ella E. Swan
Première rencontre ft. Ella

Je n'ai jamais pris personne avec des pincettes, je suis plutôt franche quand je parle, je me moque bien de ce que peuvent penser les autres. Pourtant aujourd'hui je dois être recrutée par la famille, il me suffit juste d'avoir la mère dans la poche mais le plus gros problème est Kingsley. Même si je pouvais être près de la personne que je dois protéger, il faut tout de même qu'il est confiance et je ne crois pas que nous sommes bien partis. Le seul problème était que je ne voulais me rabaisser, pourquoi devais je être gentille alors qu'il n'est pas foutu de juste dire bonjour. Je savais que je l'avais déstabilisé, on m'a toujours appris à développer mes sens et pour cela j'avais bander mes yeux lorsque je m'entraînais. J'avais réussis à avoir un touché très délicat et sensible, j'avais toujours eu une bonne audition mais savoir analyser les sons étaient plus complexe ainsi que pour anticiper chaque instant. J'observais toujours le jeune homme, je n'éprouvais aucune pitié pour lui, ni de remors, je préférais sûrement ne plus avoir de vue que ne pouvoir toucher personne. Croyait-il qu'il était le plus malheureux, pourtant il ne devait pas sacrifier sa vie pour celle de quelqu'un d'autre.

Plus je pensais à ce que j'avais accepté plus je me rendais compte que cela ne servait à rien. Même si je n'aimais pas qui j'étais réellement, je tenais quand même à ma vie et je ne voyais pas pourquoi je serais prête à me l'enlever pour une personne comme lui. Il ne méritait pas cette peine alors qu'est que je faisais encore là ? Pourquoi je ne fais pas comme à mes 18 ans en partant quelque part ou ne rentrais-je pas chez moi dans mon endroit perdu ? Pourquoi faut-il que je passe pour une aide-soignante sachant que tous les diplômes sont pour la moitié faux. Comment aurais-je pu apprendre en un ans ce que font des personnes depuis des années. J'avais juste avant de dire le plus simplement du monde, je suis la gardienne de votre fils, je m'occupe de sa sécurité et il ne faut pas me toucher je suis empoisonnée. Cela serait plus simple et efficace que tout ce blabla odieux. Je vis sa surprise ainsi que la colère qui montait en lui, j'étais assez contente de moi. Il voulait me détester alors donnons lui de bonnes raisons de le faire. Son père se plaça derrière lui en lui touchant l'épaule, montrant son côté dans les présentation. Quand à la mère, elle n'avait pas l'air heureuse de mes paroles mais elle avait plutôt l'air de s'en moquer, préférant surtout que je sois d'accord de rester. Je le vis se lever vers sa mère, ses mouvements étaient doux comparé à son humeur.

-Je ne la veux pas ici. Elle est irrespectueuse. Elle se déplace exprès sans bruit, juste pour que je perde mes repères. Je ne veux pas d’une pétasse qui va uniquement me déstabiliser et qui ne veut pas comprendre que pour un aveugle, entendre les personnes autour de lui, est quelque chose de vitale.
Déclara-t-il à sa mère.

Irrespectueuse, c'était bien la première fois que j'entendais ça, ce qui fit monter mon sourire le long de mes jours. Par contre je n'étais pas d'accord avec le mot pétasse, je voulais bien être un monstre mais mon corps était toujours pur. Croyait-il qu'il n'y avait que les aveugles qui avait besoin d'entendre ? Le père acquiesça en disant que ce n'était pas sympathique. Décidément lui il m'étonnait de minutes en minutes, un moment il se confond dans des excuses pour le comportement de son fils, puis après il change. Quand à la mère, elle n'était dans aucun camp, elle n'avait pas non plus l'air contente dont la manière lui parlait son fils. Puis se fut à mon tour, son buste se tourna vers moi.

-Vous pouvez prendre congé, je ne vous veux pas ici. Et ne comptez plus sur moi pour me montrer aimable avec vous, pas après ce coup. Vous pouvez aller vous faire voir. Et pour aller plus loin, j’espère qu’un de vos proches deviendra aveugle, pour comprendre le calvaire que je vis depuis tant d’années et que cela vous montrera que ce que vous venez de faire, est irrespectueux. Siffla-t-il

Aller me faire voir, c'est ce que je comptais faire depuis longtemps pourtant j'étais obligée de rester. Comme si je ne savais pas que c'était mal de ne pas faire de bruit, mais lui n'était pas si innocent dans cette histoire. Je me relevais gardant toujours mon honneur, la cape qui était entre mes mains se retrouva sur mes épaules, créeant un bruit d'air et de tissus. Je fermais l'accroche avant de faire un pas vers lui. Mon talon résonnait contre le carlage lui montrant clairement où j'étais.

-Si entendre pour une personne aveugle est vital alors la politesse quand quelqu'un vous est inconnu est aussi important Mr Delgwaan. Commençais-je

Je fis un autre pas tout aussi bruyant me rapprochant toujours plus de lui.

-Car vous étiez aimable avec moi ? Je ne suis pas sûre que votre accueil peut-être défini comme telle mais je suis d'accord. C'était irrespectueux de ma part mais je ne suis pas la seule à me le reprocher. Et pour aller plus loin, je suis orpheline depuis la naissance, la dernière en vie de ma famille et celle qui clôtura ma lignée.

Je vis un voile passer sur les yeux de la mère de Kingsley quand j'ai évoqué mes parents morts, elle m'adressa un sourire triste et d'excuse. Quand au père lui était surprit de l'insensibilité dont je parlais de la mort de mes parents, il eut juste un hochement de tête par respect. Je mis la capuche sur ma tête et fis mon dernier pas, celui qui me rapprochait de lui me permettant de sentir l'odeur de son parfum, son souffle balayait mon visage malgré la distance respectable. Le chien vient se coller très rapidement contre la jambe de son maître, comme pour s'assurer que je ne ferais aucun mal. Or cela déséquilibra légèrement le jeune homme vers l'arrière, le menaçant de tomber. Par réflexe ma main de cuir attrapait la sienne le remettant sur ses points d'encrage, je prononçais alors tout bas pour qu'il soit le seul à entendre :

-Vous voyez que vous avez besoin de moi, je ne suis pas celle que vous croyez. Sachez que c'est ceux qui ne voient pas qui en savent le plus sur le monde qui nous entoure et je sais ce qu'est ne pas voir.

Je m'éloignais de lui faisant toujours du bruit à chacun de mes pas, je m'approchais de la dame et pris la parole avec le plus de douceur :

-Excusez-moi pour mes manières, ma réponse est toujours la même pour votre proposition. Je suis confuse mais il faut que j'aille faire mes courses pour manger et cela me prend beaucoup de temps. Je vous remercie de votre accueil et je suis réellement désolée pour cette incident.

-Si pour vous pardonnez, je vous demandais de rester manger ici, j'avais prévu le repas pour nous quatre de toute façon et je ne vous laisserais pas le choix. Poser cette cape, s'il vous plaît et venez vous poser à table.

Je n'osais rien répondre, je préférais attendre que la tornade aveuglante réagisse en premier.

code by lizzou
Ella E. Swan
Messages : 48
Date d'inscription : 18/08/2016
Age : 20
Soldat
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyVen 26 Aoû - 10:49
Kingsley Delgwaan
Première rencontre ft. Ella
La haine qui court dans mes veines, me fait un bien fout. Ainsi, je peux exprimer tout ce que je garde en moi depuis que mes parents m’ont annoncé qu’ils avaient engagé une aide-soignante. Je ne la voulais pas cette fille, alors je ne vois pas pourquoi je lui aurai menti en lui disant que j’étais ravi de la rencontrer. Mais le fait qu’elle est bougée sans un bruit, m’a fait perdre mon sang-froid. Je déteste que les gens abusent de ça et me fasse perdre tous mes moyens. Ils ne comprennent pas ce que c’est de vivre ainsi, d’avoir besoin de repères pour ne pas se perdre. Je crois que son comportement a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je ne peux supporter les personnes qui se moquent ainsi d’une personne aillant un handicap.

J’entends un vague bruit, comme celui d’un tissu qu’on enfile. Parfait, si elle a décidé de partir, je ne la retiendrai pas. Elle fait un pas vers moi et je me retiens d’être sarcastique. Au moins, mon speech n’a pas été vain, puisqu’elle a compris que j’avais besoin de repère. Je me demande bien qu’elle aide-soignante ne sait pas qu’un aveugle a besoin d’entendre.

-Si entendre pour une personne aveugle est vital alors la politesse quand quelqu'un vous est inconnu est aussi important Mr Delgwaan.


Je me retiens également de lever les yeux au ciel. Comme quoi, je sais également me montrer diplomate, ce dont on pourrait douter ! Je l’entends faire de nouveau un pas vers moi. Qu’est-ce qu’elle a à vouloir s’approcher autant de moi ? Je suis aveugle, pas sourd, au cas où elle ne l’aurait pas encore compris !

-Car vous étiez aimable avec moi ? Je ne suis pas sûre que votre accueil peut-être défini comme telle mais je suis d'accord. C'était irrespectueux de ma part mais je ne suis pas la seule à me le reprocher. Et pour aller plus loin, je suis orpheline depuis la naissance, la dernière en vie de ma famille et celle qui clôtura ma lignée.

Si elle croit que me parler de la mort de ses parents va attendrir mon cœur, elle se trompe complètement. Je ne suis peut-être pas insensible, mais je ne lui montrerai pas mes sentiments. Chacun à ses problèmes, et si on les laisse envahir notre propre vie, on ne s’en sort plus. Mayo bougea sur ma droite et je me concentre pour entendre où il va. Il s’approche de moi et se colle contre ma jambe, me manquant de me faire perdre l’équilibre, alors que j’entends Ella s’arrêter non loin de moi. Sa main se pose sur la mienne, pour me stabiliser. Je me retiens de gueuler, car je ne veux pas qu’elle me touche. Elle murmure pour moi seul, mais je l’entends très bien.

-Vous voyez que vous avez besoin de moi, je ne suis pas celle que vous croyez. Sachez que c'est ceux qui ne voient pas qui en savent le plus sur le monde qui nous entoure et je sais ce qu'est ne pas voir.


Je lève cette fois les yeux au ciel, une fois qu’elle a le dos tourné et qu’elle s’éloigne vers ma mère, mais ne réponds rien. Je ne lui ferai pas se plaisir, car elle a tort de toute manière. Je la supporte de moins en moins cette fille avec ses grands airs ! Je crois que je ne vais pas la supporter très longtemps ! Elle n’a qu’à aller se trouver une autre personne à s’occuper. Je l’entends s’excuser auprès de ma mère et je soupire, bien qu’il n’y ait que moi qui puisse l’entendre. Lorsque j’entends la réponse de ma mère, je lève les bras au ciel et murmure pour moi seul :

-Génial …

Sans un mot de plus, je fais signe à Mayo pour qu’il me suive. Je m’apprête à quitter la pièce, lorsque j’entends un léger raclement de gorge, de la part de mon père. Je me tourne légèrement, lui montrant ainsi que je l’ai entendu.

-Kinny … Où vas-tu ?

-Prendre une douche ! Pourquoi, il faut qu’elle m’accompagne peut-être ? On ne sait jamais, que du jour au lendemain, je ne sache plus me doucher seul !


-Non non … Je voulais savoir … Dépêche-toi, qu’on puisse prendre le repas après.

J’hoche la tête et sors. Je passe rapidement dans ma chambre. J’y attrape une chemise blanche, ainsi qu’un jean noir. Je me dirige ensuite vers la salle de bain et je laisse entrer Mayo avant de fermer la porte. Une fois ma douche prise, je repasse dans ma chambre pour fermer les volets. En ressortant, je ferme la porte à clef et glisse la clef dans ma poche. Je redescends, Mayo devant moi. Je prends place à table, alors qu’ils sont tous attablés, comme me le signale mon père. Je plante mon regard dans ma table et annonce de but en blanc.

-Je n’arriverai pas à vous faire changer d’avis, n’est-ce pas ? Très bien, elle reste. Mais pendant mes deux heures de liberté, je ne la veux pas. Et je vous préviens, après manger, je passerai voir ma ptite fleur.


Ma voix s’est adoucie lorsque j’ai parlé d’Eira, comme à chaque fois. Mais je n’y peux rien, cette gamine est mon rayon de soleil en quelque sorte. La seule qui me comprenne, malgré notre différence d’âge.

code by lizzou
Kingsley Delgwaan
Messages : 128
Date d'inscription : 18/08/2016
Habitant
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyMer 31 Aoû - 14:40
Ella E. Swan
Première rencontre ft. Ella

Je ne savais pas pourquoi mais plus je restais ici, plus j'avais envie de le tuer, me délivrant de tous ces problèmes que je ne devais pas connaître à mon âge. Je persevais chacun de ses mouvements, une inspiration plus forte que d'autres, ses paupières qui se fermaient et ouvraient, son cœur qui battait faisant du bruit lors ouvertures et fermetures des oreillettes. Je ne pouvais juste pas le supporter, n'étant déjà pas social et disant que les bonnes paroles pour plaire quand il le fallait. En revanche pour lui ce n'était pas dans ma capacité, juste le fait qu'il se cache sous sa césité me rend hors de moi. Croit-il qu'il est le plus malheureux, il pouvait avoir la chance de pouvoir vivre sa vie comme il l'entendait, il n'avait pas de dons, ni d'entraînement à subir, pas d'obligation de donner sa vie. Il avait le droit d'aimer qui il voulait comme il voulait sauf son gardien, mais vu comme on était partis, je crois que cette hypothèse est impossible. Pourtant, quand on m'a donné cette mission, la première question que je me suis posée, fut comment il allait me voir ? En pensant, il me détestait juste pour le fait que je devais jouer la baby-sitter mais il ne connaissait pas ma personne. Je me hais tellement que je veux que les autres ne m'aiment pas pour avoir raison de le faire.

Après mettre excusez au près de la mère comme il se le devait, je fus étonnée qu'elle me demande de rester manger. Ainsi qu'un peu rétissante, car j'étais plutôt du sorte à manger que ce je produisais moi-même. Je n'étais pas trop pour les animaux surnourient et les plantes pleines de produit, profitant de mes talents de chasses et le fait que je vivais en forêt. La réaction du jeune homme me fit rire lorsqu'il souffla un génial avec les bras en l'air. Quand à sa mère, se fut un haussement de sourcils avec un haussement des yeux vers le ciel. Décidément, cette famille parlait plus avec leurs visages que des mots. Kingley commençait à partir de la pièce avec le chien, quand son père fit un raclement de gorge. Je me rendis compte qu'il était toujours, l'ayant totalement oublié dans ce tableau de moi je t'aime et te déteste.

-Kinny … Où vas-tu ? Demanda le paternel.

-Prendre une douche ! Pourquoi, il faut qu’elle m’accompagne peut-être ? On ne sait jamais, que du jour au lendemain, je ne sache plus me doucher seul !
Répondit-il aussi vite que l'éclair.

Quand à moi toujours muette, une grimace se dessina sur ma tête, je voulais bien faire la cuisine et bien d'autre. Sauf laver quelqu'un ou l'aider au toilette il était hors de question, j'étais tout de même une gardienne pas une infirmière. Je lui laissais donc bien le soin de se laver tout seul comme un grand.

-Non non … Je voulais savoir … Dépêche-toi, qu’on puisse prendre le repas après. S'exclama le père avec un peu de gène.

C'était fort aimable de sa part de m'autoriser à ne pas aller le laver. Il partit me laissant un petit moment de répit, la mère me proposa de venir avec elle en cuisine. Je découvris un somptueux espace moderne, il y avait une bonne odeur qui montrait les heures passées derrière ces meubles. La femme se retourna vers moi et commença :

-Je sais que mon fils ne voulait pas d'aide soignante mais qu'il n'a pas le choix, je m'excuse pour l'accueil et vous demanderais de ne pas le tuer ou le déstabiliser comme vous l'avez fait. Je sais que vous n'êtes pas bête cela se voit dans vos yeux et je ne serais dire ce que vous avez en plus que les autres personnes que j'ai rencontré. Pourtant vous êtes la seule qui est restée et qui lui tient tête, je ne vous promet pas une partie de plaisir tous les jours, mais je suis sûre que ça ira mieux. Sinon comme je vous l'avez dit, le ménage n'est pas à faire une dame s'en occupe, il y a juste la cuisine que vous devez faire, je préfère le faire moi-même. Enfin voilà.

-D'accord Madame Delgwaan, je devrais pas être aussi bonne cuisinière que vous vu ce que je vois mais votre fils mangera bien quand même. Et je vous promets de ne plus rien faire de déstabilisant, je ne suis pas la meilleure pour le côté social, mais je mettrais de l'eau dans mon vin.

-Merci Ella.

Nous sortions de la cuisine, Mme Delgwaan avec l'entrée dans les mains et moi la carafe d'eau fraîche. Je m'installais à côté du père et retrouvais la mère diagonal à moi, m'adressant un doux sourire. Je posais ma cape sur le rebord de ma chaise mais gardait toujours mes gants, ce qui surprit le père. Le dernier fut Kingsley, qui arriva avec son chien, il était vêtu d'une chemise blanche et d'un jean noir, le mettant bien en valeur. Je baissais les yeux vers mes genoux, observant le voile de ma robe quelques secondes avant de regarder mon assiette.

-Je n’arriverai pas à vous faire changer d’avis, n’est-ce pas ? Très bien, elle reste. Mais pendant mes deux heures de liberté, je ne la veux pas. Et je vous préviens, après manger, je passerai voir ma ptite fleur.
Annonça-t-il d'un coup.

Bonne nouvelle, il voulait que je reste malgré le faîtes qu'il n'avait pas le choix. J'avais comprit que je n'avais pas le droit d'être là pendant ses deux heures de liberté mais comment devais-je faire pour le surveiller ? J'allais encore devoir me percher sur les toits pour être sûre qu'il ne me remarque pas et toujours marcher sans bruit à ses moments. Je pourrais aussi profiter à des moments pour me retrouver avec moi-même chez moi aussi.


-Je ne serais pas là lors de vos deux heures de liberté, il faudra juste me prévenir quand elles commenceront. Je n'existerai plus pour vous à ce moment là, je vous le promets. M'exclamais-je avec beaucoup de calme.

Je ne voulais pas être méchante, je voulais passer une heure avec lui comme si je parlais avec ma mère. Une heure où je me mettais de côté et que j'étais une personne tout à fait normal. Je voulais que ça se passe bien, même si je n'espérais rien. Je m'adressais à la mère :

-Je ne vous ai pas demandé mais je devrais vivre ici ainsi que dormir ou dois-je venir juste la journée ?


-Vous vivrez ici le temps de notre voyage, une partie du rez-de-chaussé est à mon mari et moi, le premier étage est celui de Kingsley, le deuxième étage est plus celui que nous utilisons pour recevoir des personnes. J'ai pensé vous laissez le troisième étage, il est entièrement vide, c'est un grand espace que vous pouvez utiliser comme vous le voulez pendant votre séjour, il est tout à vous. De plus vous aurez un étage entre vous deux pour être tranquille sans être trop loin en cas de problème, cela vous va ? Répondit-elle.

-C'est très bien merci.

Je ne pensais pas vivre ici mais c'était gentil de sa part de me laisser mon endroit à moi. Je pouvais dire adieu à ma forêt et ma maison pendant un certain temps, ainsi qu'à ma tranquillité et ma sécurité. Je mangeais un morceau qu'il y avait dans mon assiette et relevais ma tête pour regarder la personne devant moi.

-Qu'elle est cette petite fleur dont vous parlez tout à l'heure ? Posais-je.

Qui était cette personne qui avait toute son attention depuis le début du repas dans ses pensées ?
code by lizzou
Ella E. Swan
Messages : 48
Date d'inscription : 18/08/2016
Age : 20
Soldat
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] EmptyMar 6 Sep - 10:51
Kingsley Delgwaan
Première rencontre ft. Ella
Je ne sais plus quoi penser de cette fille. Dans l’apparence, je sais pertinemment que je la déteste car on m’a forcé à l’avoir chez moi, dans mes habitudes. Mais en profondeur, quelque chose me dit que je pourrais finir par l’accepter. Bien que pour ça, je devrais avouer que mes parents ont eu raison de la faire venir, et ça, c’est hors de question que je leur fasse ce plaisir. Je ne sais pas comment notre relation évoluera, mais je suis certain qu’il est hors de question que j’admette avoir besoin d’aide.

Aussi, lorsque je reviens de ma douche et prends place à table, à ma place, je lance la conversation. Je me doute que mes parents ont peur que je lance encore des saloperies à Ella. Ce n’est pas l’envie qui me manque, surtout que je n’ai toujours pas accepté qu’elle se soit déplacée sans bruit tout à l’heure. Mais pourtant, je peux montrer que je sais me conduire correctement. Après tout, plus tôt mes parents seront partis, plus tôt je pourrais essayer de la pousser à bout afin de la faire partir de ma vie. Je rappelle également que lors de mes deux heures de liberté, je ne la veux pas. Et ça, c’est réellement non négociable car c’était la condition pour que mes parents puissent engager Ella, sans que je sois trop casse-pieds.

-Je ne serais pas là lors de vos deux heures de liberté, il faudra juste me prévenir quand elles commenceront. Je n'existerai plus pour vous à ce moment là, je vous le promets.

J’hoche la tête, pour lui montrer que je suis d’accord avec ce qu’elle dit. Lorsque je prendrais mes deux heures, je le lui dirais. Si elle pense qu’elles sont déjà définies, c’est qu’elle se trompe. Je prendrais mes heures quand je le désirerai.

-Je ne vous ai pas demandé mais je devrais vivre ici ainsi que dormir ou dois-je venir juste la journée ?

Voilà, la question que je redoutais le plus venait d’être posée. Cette conversation avait eu lieu pendant de longues heures entre mes parents et moi-même. Je ne voulais pas qu’elle vive en notre compagnie pour ma part, mais mes parents le désiraient car ainsi, elle serait plus près si j’avais besoin d’aide. Aussi, je laisse le choix à mes parents pour savoir qui va répondre. Pour ma part, il ne vaut mieux pas que je le fasse.

-Vous vivrez ici le temps de notre voyage, une partie du rez-de-chaussé est à mon mari et moi, le premier étage est celui de Kingsley, le deuxième étage est plus celui que nous utilisons pour recevoir des personnes. J'ai pensé vous laissez le troisième étage, il est entièrement vide, c'est un grand espace que vous pouvez utiliser comme vous le voulez pendant votre séjour, il est tout à vous. De plus vous aurez un étage entre vous deux pour être tranquille sans être trop loin en cas de problème, cela vous va ?

Ella confirme que ça lui va. Je ne dis rien et attrape la carafe d’eau pour me servir, ne laissant rien transparaitre. Je préfère me consacrer sur ma ptite fleur. Je me demande ce que nous allons pouvoir faire aujourd’hui. Tout dépendra de son état et de sa fatigue.

-Qu'elle est cette petite fleur dont vous parlez tout à l'heure ?

Je relève la tête vers Ella. Pourquoi est-ce que ça l’intéresse tant que ça ? Je bois une nouvelle gorgée mais je sens le regard lourd de ma mère sur moi. J’inspire et réponds d’une voix neutre.

-C’est une enfant avec qui je passe beaucoup de temps. Vous n’avez pas besoin de la connaître Ella, je la verrais sur mes heures de liberté, comme ça, vous serez tranquille et aurais la maison pour vous seule. Maintenant, est-ce qu’on pourrait manger, j’ai légèrement faim et mal à la tête.


Je me lève et me dirige dans la cuisine. Je sais très bien que ma mère va dire à Ella que j’ai des migraines régulièrement. Je me demande bien comment la jeune-femme va réagir. Mayo frotte sa tête contre ma cuisse. Je souris et lui donne des croquettes, avant de retourner à table. J’arrive au moment où ma mère finit sa phrase. Comment va réagir Ella ? Et comment réagira-t-elle par la suite ?

code by lizzou
Kingsley Delgwaan
Messages : 128
Date d'inscription : 18/08/2016
Habitant
MessageSujet: Re: Première rencontre [Ella/Kingsley] Première rencontre [Ella/Kingsley] Empty
Contenu sponsorisé
Première rencontre [Ella/Kingsley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Figurines Première Guerre Mondiale
» [Comic] Première BD Hero Factory 2011 : Ordeal of Fire
» Sealed deck : Avant-première Otomaï
» première installation
» [event]La Famakna souffle sa première bougie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Gardians :: Estrela :: La plaine d'habitation :: Logements :: Villa des Delgwaan-
Sauter vers: